Les 5 premiers jours

Decryptage de notre emploi du temps avant de nous suivre sur le « GazelleEarth », le tracking que permet la géolocalisation de tous les équipages :  Voici un décryptage que j’espère utile : vous voulez savoir ce que nous allons faire durant les cinq jours qui s’écoulent entre notre départ de la région parisienne le 18 mars à l’aube  et le 23 mars, pour le prologue qui sonne le départ des épreuves du Rallye des Gazelles. Si vous faites partie de celles et ceux qui allez suivre le feuilleton haletant et plein de rebondissements des 18 jours de notre aventure, ce décryptage est pour vous. Il vous fait partager les premiers jours  de notre Rallye des Gazelles, à un moment où ne serons déjà plus très joignables par téléphone (traversée maritime oblige) mais pas encore traçables sur le GazelleEarth du site officiel du Rallye des Gazelles.

  • Vendredi 18 mars : Sète

Nous arriverons à Sète en fin d’après-midi. Le Nissan Patrol garé sur la place, frimant devant  l’hôtel  Imperial dans son bel habit et ses équipements raid tout beaux tout neufs. Nous ne serons  pas très loin du lieu du briefing . Le lendemain, le rendez-vous est à 6 heures. Mieux vaut être sur place… Le vendredi soir est le premier rendez-vous entre Gazelles autour d’une table d’un des nombreux restaurants de la ville.

 

 

  • Samedi 19 mars : Sète

C’est le jour des vérifications techniques et administratives du Rallye des Gazelles. La journée débute à 6 h par un briefing de Dominique Serra qui fournit les informations pratiques sur le déroulement de la journée. Commence alors pour les Gazelles le marathon de tous les ateliers : c’est légèrement différent d’une étape du Rallye où on tape les balises dans l’ordre mais pas obligatoirement toutes. Pour les vérifications à Sète, c’est le contraire : tous les ateliers sont obligatoire mais pas nécessairement dans l’ordre. En règle générale, un équipage bien organisé termine son parcours  avant midi.

Les ateliers des vérifications techniques : Mon préféré, le gilet Marithé François Girbaud ! Parfois je me demande si la perspective d’obtenir le célèbre gilet multipoche de Marithé et François Girbaud, exclusif du Rallye des Gazelles, n’a pas fortement contribué à mon engagement dans le rallye des Gazelles en 2009 dans un équipage Total ? Mauvaise pioche : en 2009, le gilet était bleu touareg… pas ma couleur préférée… je suis donc repartie en 2010 et là, une pure merveille : un superbe gilet blanc avec le col rouge et les broderies or. Une classe folle. De quoi me décider à repartir en 2011 et je ne suis pas déçue.

Cette année, des couleurs chaudes et douces vont nous accompagner pendant le rallye des gazelles : le gilet sera violet, avec le col pêche, les broderies or et une fois encore les armoiries du royaume du Maroc apposées sur notre gilet. Un sésame supplémentaire dans ce pays qui aime tant ses gazelles, qui sait si bien les accueillir et veiller sur elles.

Retour vers les autres ateliers , nettement moins fashion mais tout aussi indispensables et incontournables :  remise des rations militaires, remises des cartes, visite médicale, pose des balises de tracking, pose du numéro d’équipage et pour finir, shooting pour la photo officielle de l’équipage avec le véhicule numéroté et les deux gazelles dans leur beau gilet. On l’aime cette photo…
Dans l’après-midi, il faudra monter dans les 4×4 et circuler en convoi depuis le centre ville jusqu’à l’embarquement sur le bateau, dans un concert de klaxons et d’applaudissements.  Pure allégresse.

  • Dimanche 20 mars : journée en mer

Passons sous silence la traversée sur un bateau vétuste,  aux cabines et sanitaires improbables.  Peu importe d’ailleurs, ce n’est qu’une péripétie. Car les gazelles sont alors tout au bonheur de se retrouver, à l’excitation de l’aventure qui approche, à la concentration pour réviser la nav, préparer et protéger  les cartes.  On cherche toutes à capter un réseau furtif et aléatoire pour tenter d’envoyer un sms… de toutes façons, dans deux jours, nous n’aurons plus de téléphone, alors autant s’y habituer.

  • Lundi 21 mars :

Le troupeau des 240 gazelles, suivie d’une horde de gazous organisateurs, débarquent à Tanger. Cette année, nous foncerons directement vers Meknès, comme en 2009. En 2010, nous avions fait un stop à Tanger pour l’inauguration du port de Tanger Méditerranée. De quoi faire un pied de nez au port de Marseille tant la zone de Tanger Med est impressionnante par le trafic et les volumes de marchandises qui y transitent. A Tanger, pas de grève.

Donc cette année, l’ambiance ne sera pas gros bateaux mais vieux remparts. Meknès est une des plus belles villes du Maroc. Prendre le temps de la visiter si on arrive suffisamment tôt. Pas si sûr pour les gazelles car le rendez-vous obligatoire à Meknès le lundi 21 mars est le briefing de Dominique Serra en fin d’après-midi. Pas question de le louper ou d’arriver en retard au risque de se faire allumer par Dominique. Dans certains cas, elle peut se montrer carrément …. Enfin carrément.

  • Mardi 23 mars : incontournable, la garden-party dans le vignoble paradisiaque des Celliers de Meknès, sponsor du Rallye Aicha des Gazelles depuis de nombreuses années..

Malheureusement, il ne faudra pas trop se laisser cajôler par le cadre exceptionnel de ce domaine ni trop en goûter les productions. Car après un passage en fanfare dans les rues de la vieille ville, ce sont six heures de route qui nous attendent pour relier Meknès à Erfoud.
Six heures d’une route qui va nous emmener du nord au sud, nous faire franchir l’Atlas : des paysages somptueux, impressionnants, avec toutes les couleurs extraordinaires de la nature alors que nous sommes au début du printemps.  Printemps encore frileux, voire même enneigé sur les montagnes de l’Atlas.
L’arrivée à Erfoud se fait alors que la nuit est déjà tombée. La température est douce, même à cette heure avancée. Nous sommes dans le sud. C’est sûr. Après avoir fait le plein de carburant à la station TOTAL (bah oui quand même !) , direction notre hôtel Kasbah Assma où nous avons réservé notre chambre. Si nous ne tombons pas d’épuisement, à nous la cuisine goûteuse dont nous apprécierons les meilleurs tajines et la traditionnelle salade d’oranges. L’hôtel présente aussi  l’avantage d’être sur la route de Rissani, ce qui nous place à proximité immédiate de la zone d’étalonnage prévue le lendemain matin.

  • Mercredi 23 mars –

L’étalonnage de nos compteurs kilométriques s’effectue le mercredi matin, juste avant le prologue. Ah le prologue ! Peu importe qu’il ne compte pas dans le classement, nous voulons montrer de quoi nous sommes capables. Nous sommes déjà dans la compétition. L’an dernier, nous avions terminé 12ème au prologue. Heureuses de ce classement.
Mais à la fin du prologue, les choses se durcissent.  Le franchissement de la ligne d’arrivée du prologue signifie  la restitution de nos téléphones portables. Tout un symbole. Alors avant de la franchir, nous appelons une dernière fois notre mari ou nos enfants. Nous ne communiquerons plus avec eux avant le 31 mars, autrement que par le bureau de poste nomade, ce qui est déjà un exploit en soi de la part de La Poste, un autre partenaire officiel du Rallye des Gazelles.
Le lendemain, les étapes vont s’enchaîner, heureuses, malheureuses mais toujours inattendues. Tout peut arriver. Ne jamais rien lâcher.
A vous de nous suivre, jour après jour . Vous n’imaginez pas notre bonheur le soir au bivouac de lire vos message d’encouragement…

2 réflexions au sujet de « Les 5 premiers jours »

  1. Ping : Mais que font les Gazelles pendant les cinq prochains jours ? | Le Rallye des Gazelles 2011 avec Caps Vrais, l'équipage n°126

Laisser un commentaire